La présence chinoise au Sahel: le cas du Niger et du Tchad

Mercredi 07 juin 2017

par le Pr. Jean-Pierre Cabestan

Etats fragiles et affrontant des défis de sécurité importants, le Niger et le Tchad ne sont pas pour autant négligés par la Chine qui y a accru sa présence non seulement économique, notamment dans les domaines pétrolier et des infrastructures, mais aussi politique et culturelle ou encore en matière d'aide au développement. En revanche, en dépit d'une coopération militaire notable avec ces pays, la Chine ne contribue guère à la sécurité de ces Etats.

Imprimer la page

Facebook Twitter Delicious Linked in

 

Jean-Pierre Cabestan est directeur de recherche au CNRS et chercheur associé à Asia Centre (Paris) et au Centre d’étude français sur la Chine contemporaine (Hong Kong). Il est depuis 2007 professeur à l’Université baptiste de Hong Kong et directeur de son département de science politique et d’études internationales. Il a récemment publié Le système politique chinois. Un nouvel équilibre autoritaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2014 et La politique internationale de la Chine. Entre intégration et volonté de puissance, Paris, Presses de Sciences Po, 2015 (deuxième édition mise à jour et enrichie).
Inscription obligatoire: contact@centreasia.eu

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur
Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.