L'Afrique et les grands émergents

Mercredi 10 avril 2013

Publication AFD co-écrite par Jean-Raphaël Chaponnière

Auteurs : Jean-Raphaël Chaponnière

Tags : Développement économique - Afrique

Croissance économique et rattrapage des niveaux de vie sont l’essence même d’un processus de développement. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, de telles dynamiques ont été maintes fois à l’oeuvre, que ce soit dans les années 1960 avec le retour gagnant du Japon sur la scène économique internationale, dans les années 1970 avec l’émergence des « tigres » et « dragons » du Sud-est asiatique ou dans les années 1990, avec les « jaguars » latino-américains et l’intégration des pays d’Europe de l’Est dans les contours institutionnels de l’économie de marché. Le mouvement auquel donnent lieu les grandes ou « nouvelles puissances » émergentes est d’une tout autre nature, comme le traduit d’ailleurs l’appel au remodelage de la gouvernance mondiale. Ce mouvement est en soi un choc systémique. De son évolution résulte un déplacement du centre de gravité de la puissance économique et financière mondiale, un glissement de pouvoir vers les deux géants asiatiques que sont la Chine et l’Inde. Ces deux économies, qui représentent à elles seules le tiers de l’humanité, vont susciter une situation inédite dans l’histoire, où la puissance de leadership va se conjuguer avec des réalités intérieures tenaces et potentiellement déstabilisantes, faites d’une combinaison de prospérité et de pauvreté. Le fait est que la Chine et l’Inde demeureront, et pour plusieurs décennies encore, des pays en développement, l’une et l’autre utilisant d’ailleurs cette réalité pour en faire un instrument de communication et de facilitation dans le dialogue avec les partenaires africains. Après l’Asie, l’Amérique latine est le sous-continent qui abrite le plus grand nombre d’économies émergentes, ce dont a témoigné l’entrée du Chili et du Mexique à l’OCDE. Un tiers de la richesse sud-américaine est cependant créé par le Brésil, qui occupe 48 % de l’espace du sous-continent et apparaît comme l’une des principales puissances agricoles mondiales, à la fois par ses exportations de produits traditionnels (café) et par celles de nouveaux biens sur des marchés en forte croissance (OGM, biocarburants). Le Brésil est bien une puissance économique à prendre en compte, susceptible, à moindre échelle toutefois que la Chine ou l’Inde, de constituer un défi pour l’appareil productif des pays développés et des pays africains dont traite cette étude.

Imprimer

Facebook Twitter Delicious Linked in

 

Jean-Raphaël Chaponnière (Chercheur associé à Asia Centre) a contribué au numéro 19 de la collection À Savoir des publications de l'AFD.

Télécharger le numéro

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur
Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.